Un Road-trip dans les Alpes

0

Un magnifique road-trip dans les Alpes entre Hautes-Alpes, Savoie et Isère.

Un roadtrip dans les Alpes
Du 04 au 20 septembre 2020

Jour 1
Vendredi 4 septembre

C’est notre cinquième départ en direction des Alpes ! Après y avoir gouté pour la première fois en 2016, nous ne pouvons plus nous en passer ! Nous partons de la maison vers 7 H 30. Cette fois-ci, nous faisons la route sans faire trop d’arrêts. Nous arrivons à la Grave vers 16 H 30. Après un repérage rapide dans le village, nous nous installons au Camping le Gravelotte, situé sous le départ du téléphérique de la Meije.
Le premier apéro de ce premier jour de vacances se fait en compagnie du glacier de la Girose au soleil couchant…

Jour 2
Samedi 5 septembre

Le lac du Puy Vachier, le refuge Chancel et la brèche Pacave (2836 m)

Nous sommes en fin de saison, le téléphérique des glaciers de la Meije ferme dans quelques jours. Une fois n’est pas coutume, nous commençons la journée par la montée par le téléphérique pour rejoindre la gare des Ruillans à 3211 mètres. Le panorama est grandiose au pied du glacier de la Girose et tout près la Meije.

Nous en avons pris pleins les yeux et nous redescendons à la gare intermédiaire du Peyrou d’Amont pour la première randonnée des vacances: une magnifique boucle passant par le lac du Puy Vachier, le refuge Chancel et la brèche Pacave (2836 m).

Jour 3
Dimanche 6 septembre

La combe et le col de Laurichard (2654 m)

La randonnée d’hier ayant laissé quelques traces (surtout la longue descente !) aujourd’hui nous faisons un peu plus court. Situé en balcon face au massif de la Meije, le col de Laurichard offre un panorama de tout premier ordre. Du haut de ce belvédère, la vue sur la Meije, la barre des Écrins, le plateau d’Emparis et la vallée de la Romanche est superbe.
Au nord du massif des Écrins, la Combe de Laurichard se situe au cœur de la Réserve Naturelle des Pics du Combeynot. D’abord en limite du Parc National des Écrins, cette réserve de 685 hectares a été classée en 1974, pour permettre l’exploitation raisonnée du domaine skiable proche du col. Depuis 2019 elle fait partie du territoire du Parc National.

Jour 4
Lundi 7 septembre

La boucle des 5 lacs de l’Alpe d’Huez

Nous ne pouvions pas être aussi près et ne pas y aller ! Aujourd’hui direction l’Isère pour l’Alpe d’Huez. Je voulais absolument voir les fameux 21 virages de la montée ! Bon OK je sais; je ne les ai pas faits en vélo….

Et pour occuper une partie de la journée nous faisons LA randonnée classique et facile de l’Alpe d’Huez: la boucle des 5 lacs.  Cette belle randonnée sans difficultés se déroule sur le plateau des Petites Rousses. Le parcours offre des vues sublimes sur les hauts massifs environnants, notamment sur la chaîne de Belledonne.

Jour 5
Mardi 8 septembre

Refuge et lac du Goléon 18 km 850 D+

Retour dans les Hautes-Alpes pour une fantastique randonnée; assurément une des plus belles du séjour ! La montée au lac du Goléon est une sublime randonnée qui offre de superbes points de vue sur les parois Nord de la Meije et du Râteau et leurs glaciers. Le lac du Goléon se situe au début d’un large vallon qui s’étend jusqu’au pied de l’Aiguille du Goléon et de l’Aiguille Méridionale d’Arves.

Jour 6
Mercredi 9 septembre

Le Plateau d’Emparis depuis le Chazelet

Pour notre dernier jour à La Grave, ce matin direction le hameau du Chazelet pour une des plus célèbres randonnées de la région: le plateau d’Emparis. La vue sur la Meije et le glacier de la Girose est magnifique.

Partis sous un franc soleil, le temps devient très vite menaçant. Nous renonçons à aller jusqu’aux lacs, préférant être de retour au Chazelet avant la pluie… Mauvais choix; de nouveau un beau soleil émerge des nuages…
Un peu plus loin, sur la route du col du Lautaret, nous décidons donc de monter au petit lac du Pontet pour le pique-nique.

Le col du Galibier nous permet de passer en Savoie. Ce soir nous nous arrêtons à Valloire. Après une excellente reblochonnade au restaurant « le planté de bâton » nous voici paré pour la journée de demain…

Jour 7
Jeudi 10 septembre

Le col des Trois-Croix et le plateau du Crey du Quard

La première idée était de monter au refuge des Aiguilles d’Arves. Les prévisions météo sont encore mauvaises pour aujourd’hui et nous décidons de nous rendre à Saint-Sorlin-d’Arves.
Une large éclaircie au col du télégraphe nous donne envie de mettre les chaussures. Nous trouvons rapidement une petite randonnée pour nous occuper. Nous montons au Col des Trois-Croix (cette randonnée est connue sous le nom des Balcons de Valloire) qui offre un panorama remarquable sur Valloire, les villages et sites environnants mais aussi sur des sommets plus éloignés comme les Écrins. Le chemin des Troix-Croix était, avant la création en 1876 du tunnel du Télégraphe, le seul accès à la vallée de la Maurienne.

Un effort supplémentaire et nous atteignons le plateau du Crey du Quard. Nous voyons quand même les aiguilles d’Arves. On râle encore; il fait beau !

On se console en trouvant quelques cèpes dans la descente. On sait ce qu’on mange ce soir !
Nous reprenons la route et en fin d’après-midi nous nous installons à Saint-Sorlin-d’Arves, au camping le domaine du trappeur.

Jour 8
Vendredi 11 septembre

La boucle des Trois cols et le belvédère de l’Ouillon (2431 m)

Pour notre première randonnée dans ce magnifique secteur, nous nous rendons ce matin au col de la Croix de Fer (2067 m). Le but de la journée est l’ascension du sommet qui domine le camping: l’Ouillon.
Le panorama mérite le détour: la vue est superbe sur les Aiguilles d’Arves, sur le Glacier de Saint Sorlin et le Pic de l’Étendard ainsi que sur le Massif de Belledonne.

Jour 9
Samedi 12 septembre

Au pied des aiguilles d’Arves

Nous les apercevons depuis deux jours. Aujourd’hui nous montons au pied des aiguilles d’Arves. Dominant la vallée de l’Arvan, elles marquent le point culminant du massif. Selon l’anglais Coolidge, qui fit la première ascension en 1878 de l’Aiguille Méridionale, il s’agit de « La plus belle trilogie des Alpes ». Très individualisées, leurs silhouettes caractéristiques sont visibles de fort loin; ce sont les montagnes emblématiques de la Maurienne. Cette randonnée sous « La Tête de Chat », se déroule dans un cadre magnifique et offre un panorama à couper le souffle.

Jour 10
Dimanche 13 septembre

Le lac Bramant, le lac Blanc et le pied du glacier de l’Étendard

Nous avons attendu la plus belle journée pour monter au pied du glacier de Saint-Sorlin. Au départ du col de la Croix de Fer, c’est une splendide randonnée, dans le massif des Grandes Rousses aux paysages très diversifiés entre alpages, lacs et glaciers. Dans une ambiance haute montagne, il faut environ trois heures pour atteindre le glacier de Saint-Sorlin, au pied du Pic de l’Étendard omniprésent pendant toute la randonnée.

Jour 11
Lundi 14 septembre

Les lacs du Taillefer depuis le Poursollet

Nous quittons Saint-Sorlin d’Arves ce matin. Après un ultime passage au col de la Croix de Fer et au col du Glandon (pour cette année) nous descendons vers Allemond puis vers Séchilienne où nous prenons la direction de la station de l’Alpe du Grand Serre. Avant le col de la Morte, nous suivons une toute petite route vers le lac de Poursollet. Il est déjà tard, mais nous faisons quand même une petite randonnée en boucle vers les lacs du Taillefer (9,5 km et 480 D+), avant de redescendre à Bourg d’Oisans.

Jour 12
Mardi 15 septembre

Le lac du Lauvitel (1530 m)

Avant de nous rendre dans le Vercors, nous irons visiter rapidement ce matin le lac du Lauvitel. Il est situé dans la vallée du Vénéon à 1530 mètres d’altitude.  Avec une superficie de 37,2 hectares, une profondeur de 68 mètres et 6,8 millions m3 d’eau, c’est le plus grand lac du parc des Ecrins. Il résulte d’un éboulement rocheux, composé d’énormes blocs, survenu il y a environ 4000 ans, sur lesquels trônent les ruines d’anciennes cabanes d’alpages des Selles.
Le lac occupe toute la largeur du vallon et rend donc impossible l’accès pédestre au Fond du Lauvitel, zone décrétée «Réserve naturelle intégrale» le 9 mai 1995. Interdit au public, cet espace de 689 hectares, dont l’objectif est la «protection renforcée de la faune et de la flore dans des buts scientifiques», est le premier  à avoir été créé au sein d’un parc national.

En début d’après-midi nous prenons le départ pour le Vercors. En tant que fan du Tour de France, je ne pouvais pas ne pas profiter de son passage exceptionnel en septembre. Nous nous arrêtons donc sur la route à Vizille pour voir passer les coureurs, avant de passer la nuit à Lans en Vercors.

Jour 13
Mercredi 16 septembre

Plateau des Ramées et sommet de Moucherotte (1896 m)

Le Moucherotte dispense une superbe vue sur les Alpes et sur Grenoble nichée à ses pieds. Malheureusement ce matin ce ne fut pas le cas; tout le panorama était dans la brume ! Randonnée au départ de la station de ski des Montagnes de Lans, passant par la Sierre, les Virets et les Ramées.

Nous reprenons le fourgon et empruntons les pittoresques (et étroites) gorges de la Bourne. Nous faisons une halte touristique au joli village de Pont en Royans. Ce village médiéval se caractérise par une architecture unique dans le Dauphiné : des maisons suspendues aux façades colorées au-dessus du vide. Le site, inscrit au titre des monuments historiques en 1944, avait impressionné Stendhal. Remparts, ruelles, jardins en terrasse, pont, renforcent la richesse culturelle du bourg.

Nous continuons notre route jusqu’à la Chapelle en Vercors. Nous passerons la nuit au camping municipal les Bruyéres.

Jour 14
Jeudi 17 septembre

Le tour de la montagne de Beure

Avant de quitter cette partie du Vercors par Die et le col du Rousset, nous nous rendons au parking de la Montagne de Beure. Une fois encore, le hasard nous a permis d’effectuer une superbe randonnée. La découverte de la Montagne de Beure et ses vastes alpages est un enchantement. En hiver, ces vastes plateaux sont occupés par une petite station de ski. Le parcours de crête est splendide et nous offre de somptueux panoramas sur le Vercors et le Diois. Nous ne nous attendions pas à de tels paysages !

Nous quittons ensuite ce secteur en par le col du Rousset. Nous voulons voir absolument le Mont-Aiguille et nous nous rendons donc dans le Trièves à Chichilianne. Nous passons la nuit dans un camping à la ferme face au Mont Aiguille. La fin d’après-midi fut agitée ! Ambiance électrique sur le Mont Aiguille avec un bel orage…

Jour 15
Vendredi 18 septembre

Le pic de l’Aubeyron

Aujourd’hui nous voulons faire une randonnée assez courte, car nous avons pas mal de route à faire ce soir. Notre choix se porte donc sur le pic de l’Aubeyron, un petit sommet tout proche. Quelques minutes de route depuis notre camping et nous nous garons au hameau de Trézanne (1012 m). La vue sur le Mont Aiguille (2087 m) avec en premier plan, la chapelle au toit de chaume, est magnifique. Depuis les crêtes, la vue sur le balcon Est du Vercors avec le Grand Veymont est à couper le souffle ! Le clou du spectacle est la face Est du Mont Aiguille tout proche.

Nous commençons à nous diriger vers l’ouest … le hasard de la route, fait que ce soir nous découvrons le petit village d’Orpierre qui fait partie du parc naturel régional des Baronnies provençales. À notre grand étonnement nous sommes de retour dans les Hautes-Alpes.

Jour 16
Samedi 19 septembre

Balade à Orpierre

Orpierre est un charmant village des Baronnies provençales, situé dans la vallée du Céans, à 12 km de Laragne, au sud des Hautes-Alpes. Adossé à la montagne, le village d’Orpierre est réputé pour ses falaises d’escalade.

Dans les années 80, ce sont les falaises qui ont sauvé Orpierre de l’abandon, grâce à la volonté de quelques passionnés, dont l’ancien maire M. Raymond Chauvet, de faire vivre le village en développant l’escalade. Un travail énorme a été réalisé par les ouvreurs qui ont bichonné la pierre, taillé la roche, sécurisé les falaises et ouvert les voies.

Nous faisons une petite promenade sur le site, en visitant le village puis en montant vers le « gros doigt ».

Plus loin, sur la route, nous faisons un arrêt à l’étonnant villages des Mées dans les Alpes de Hautes-Provence.
Le village doit sa notoriété aux Pénitents des Mées, une curiosité géologique de la vallée de la Durance. Ces rochers étroits se dressent sur plus de 100 mètres de haut.  On les appelle les Pénitents des Mées en raison de leur forme longue et étroite, certains y ont vu une procession de moines coiffés d’une capuche pointue. D’après la légende il s’agirait des moines de la Montagne de Lure pétrifiés par Saint Donat au temps des invasions sarrasines et punis pour s’être épris de jeunes femmes. Un sentier a été aménagé pour découvrir de façon inattendue et spectaculaire ce magnifique site. Nous nous contenterons de monter à la chapelle Saint-Roch qui dispense une jolie vue sur le village.

La première idée était de finir nos vacances dans les Cévennes avant de rentrer. Mais nous avons une alerte météo fortes pluies et inondations sur le Gard et l’Hérault; nous décidons donc de passer ces deux départements. Nous faisons donc route jusqu’à Narbonne. Heureusement car dans la nuit ces deux départements ont été touchés par de fortes intempéries.

Jour 17
Dimanche 20 septembre

Balade à l’étang du Doul

Pour notre dernier jour, nous nous rendons à Peyriac sur Mer pour faire une balade autour de l’étang du Doul. D’une superficie de 37 hectares, il est d’origine tectonique et représente à la fois le point le plus profond du complexe lagunaire du Narbonnais mais aussi l’étang le plus salé des étangs méditerranéens français. Cette dépression naturelle est entourée par un cirque de collines (Roc de Berrière, pic du Mour) dont le point culminant est à 74 mètres.
Il communique avec l’étang de Bages – Sigean par un petit canal artificiel. Il a été exploité de 1856 jusqu’ à la dernière guerre, en tant que marais salants.

Informations pratiques

Situation: France / Alpes
Date: Du 04 au 20 septembre 2020
Kilométrage total:  2352 km

 
 

 

 

Roadtrip Alpes 2020

Vous pourriez aimer aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *