Les lacs et le refuge de Vens

0

En plein cœur du Parc National du Mercantour, cette randonnée aux lacs et refuge de Vens est un pur enchantement. Du refuge, vous découvrirez un panorama exceptionnel entre pelouses alpines, lacs, et hauts sommets. La faune est omniprésente et variée. Avec de la chance, vous pourrez voir des mouflons dans ce secteur préservé de la Haute-Tinée.

Une randonnée aux lacs et au refuge de Vens, dans le massif du Mercantour

Il a plu toute la nuit et c’est sous un ciel peu engageant que nous démarrons ce matin de Saint-Etienne de Tinée. Au parking, nous avons encore quelques secondes d’hésitation pour savoir si nous prenons le départ. Nous ferons le bon choix, car une fois les brumes matinales évaporées, nous allons avoir une superbe journée !

Nous remontons la large piste forestière jusqu’à la passerelle qui traverse le torrent de Vens (balise 21).  Nous prenons le sentier sur notre gauche qui remonte maintenant le long de la rive gauche du torrent. Cette montée est assez soutenue. Au bout d’une heure de marche, alors que nous refranchissons le torrent sur une nouvelle passerelle, le ciel se dégage; et comme par miracle, il en est de même de notre moral !

Nous restons un long moment à observer un isard (un chamois devrais-je dire ! Nous sommes dans les Alpes) qui semble en difficulté juste à quelques mètres de nous ! Tiens, il n’a qu’une corne !! Il ne bougera pas, tout le moment de notre observation et il sera encore là lorsque nous redescendrons.

À partir d’ici, le sentier monte encore plus raide. De beaux mélèzes « en crosse » sont visibles depuis le sentier. En hiver, dans les zones pentues, le manteau neigeux exerce une pression à la base du tronc des arbres. La forme courbée du mélèze témoigne de son adaptation à la poussée de la neige. Les mélèzes sont des arbres « pionniers » des montagnes. Ils peuvent coloniser des milieux hostiles comme les éboulis et les cônes de déjection.

Nous arrivons sur un replat à la limite supérieure de la forêt (2293 m) à la balise 22 (2 h 30 depuis le départ). Ici, nous pourrions accéder directement au lac central par le « Pas des Pêcheurs », mais nous préférons prendre l’option de gauche pour aller au lac supérieur et au refuge des Vens.

À la hauteur de la balise 23, nous laissons à gauche le sentier qui part vers la Maison Forestière de Tortisse pour continuer vers le refuge. Quelques minutes après apparait enfin la récompense après cette dure ascension: la vue sur les lacs de Vens et le refuge.

Le sentier file maintenant à flanc au-dessus des lacs de Vens et traverse une zone d’éboulis.

Nous arrivons au refuge de Vens qui surplombe le grand lac. Le site est magnifique. La gardienne est contente de voir quelqu’un. Suite à la tempête de la nuit, elle ne s’attendait pas à voir des « bipèdes » aujourd’hui, mais seulement les locataires habituels des lieux: mouflons et chamois !

Nous poursuivons notre randonnée en remontant le long du torrent de Vens vers le lac Fourchas. Le lieu est magnifique, sauvage et empreint de sérénité.

C’est à ce moment-là, que nous tombons sur un groupe de mouflons. Quelques instants magiques d’observations…

Le mouflon est un ovin sauvage appartenant au genre Ovis dont dérive le mouton domestique. Ce mammifère ruminant fait partie de la famille des Bovidae et de la sous-famille des Caprinae. Il y a des millénaires, cet animal montagnard issu du Moyen-Orient a été domestiqué avant de revenir à l’état sauvage. L’espèce actuellement présente dans le Mercantour descend du mouflon de Corse et n’est pas considérée comme une espèce autochtone. En effet, les différentes populations de mouflons des Alpes-Maritimes sont toutes issues d’introductions.

C’est en tout 236 animaux qui ont été lâchés sur 11 sites concernant 10 communes entre 1949 et 1989.
Le département des Alpes-Maritimes compte aujourd’hui 6 populations distinctes totalisant près de 1395 individus au dernier recensement  (chiffre revu à la baisse depuis).

Le mouflon se caractérise par une propension limitée à coloniser de nouveaux secteurs en comparaison des autres ongulés sauvages. En effet, malgré un nombre élevé d’individus introduits, il s’est faiblement développé et peu dispersé depuis les sites de lâcher.

L’espèce s’est également révélée moins bien adaptée à la haute montagne comme en témoignent les cas successifs de mortalité d’un grand nombre d’individus lors d’enneigements importants et prolongés. Avec l’arrivée du loup, le mouflon s’est montré très sensible à la prédation et les populations du Mercantour ont accusé une chute de leur effectif durant les premières années. La baisse des plans de chasse et, probablement, une adaptation comportementale de l’espèce semblent à présent se traduire par une stabilisation des effectifs voire un léger accroissement.

Source: FDC des Alpes-Maritimes

Cerise (myrtille plutôt) sur le gâteau à la descente: nous tombons sur un groupe de jeunes. Quelle chance !

Pour le retour, après être repassés au refuge, nous descendons par le sentier qui longe les lacs sur la droite. Au niveau de la balise 27, nous rejoignons le sentier du matin, en empruntant le Pas des Pêcheurs.

Le film de la randonnée aux lacs et au refuge de Vens

Informations pratiques

Situation: Alpes / Alpes-Maritimes / Mercantour / Saint-Étienne-de-Tinée
Accès: Au départ de Saint-Étienne-de-Tinée, prendre la direction du Col de la Bonnette par la RD 64. Après le hameau des Vens, se garer sur le parking à gauche (1533 m).
Date: Le 15 septembre 2016
Altitude départ: 1533 mètres
Altitude maximale: 2485 mètres
Dénivelé cumulé: Environ 1000 mètres D+
Itinéraire: Aller-retour d’environ 18 km
Horaire: 6 à 7 H
Carte: IGN TOP 25 3639 OT Haute Tinée 1 – Auron – Parc National du Mercantour

Découvrir la région

Le Mercantour
vallée des Merveilles
Mercantour
Les incontournables
Mercantour,
Vallée des Merveilles
Les 50 plus belles randonnées
Guide Parc National
du Mercantour
Les sentiers d’Émilie
dans le Mercantour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *