Le camino de las Escaleretas – Rio Vero

3

Le camino de las Escaleretas permettait aux habitants de Lecina d’accéder aux vergers situés tout proches de l’ermitage de San Martín au bord du Rio Vero en période d’inondation.  Une superbe randonnée en boucle dans le cadre magnifique du Parc Naturel de la Sierra et des Canyons de Guara.

Le Camino de las Escaleretas

La Sierra de Guara est un de nos jardins ! En effet, à 2 heures de route de la maison, nous y allons plusieurs fois par an. Cela fait longtemps que Pierre du gîte Meson de Castellazo me parle de ce fameux chemin utilisé dans les temps anciens par les habitants de Lecina et connu sous le nom de « Camino de las Escaleretas ».

Nous voici donc en sa compagnie au départ de cette randonnée.  Du parking du célèbre Rio Vero, nous descendons de quelques mètres jusqu’au bord de la rivière, puis nous passons sur le petit pont qui enjambe le Rio, pour poursuivre sur le sentier de l’autre rive. Après une courte montée, un panneau nous indique la direction de l’Ermita de San Martín. Nous descendons vers le moulin par un excellent sentier muletier.

Nous passons devant l’ancien moulin de Lecina aujourd’hui en ruines et en parti envahi par la végétation. Ce moulin a été utilisé également pour de la production d’électricité. 

Nous continuons à descendre le long du río Vero. Le paysage est grandiose. Après plusieurs gués successifs nous arrivons à l’ermitage de San Martín.

L’ermitage de San Martín de Lecina

Dans cet ermitage solitaire, situé au fond du barranco de la Choca et abrité par une imposante falaise calcaire, le temps semble s’être arrêté. D’origine romane, il a une seule nef. Il a été rénové au début du XVIIe siècle puis en 1706, un superbe pavage en galets a été réalisé. Il est encore superbement conservé. Des vergers étaient cultivés autour de l’ermitage et des céréales (blé, orge, maïs) étaient plantées en petites parcelles. Des traces d’anciens canaux d’irrigation sont encore visibles.

Le camino de Las Escaleretas par Pierre Minvielle

En 1966, Pierre Minvieille explore le rio Vero. Basé proche de l’ermitage de San Martín de Lecina il nous livre ce récit:

Dans ce bas-fond perdu du Barranco de Lecina, les visites ne tardèrent pas à se succéder. La plus marquante fut celle d’un vieil homme – nous avons appris par la suite qu’il s’agissait du señor Coscojuelo, « vecino» d’Asque et qu’il était propriétaire du champ sur lequel nous campions sans autorisation. Il a eu l’élégance de ne rien nous en dire. L’homme, trapu, devait avoir une soixantaine d’années. Il avait enlevé ses « alpargatas » pour les économiser lors de la traversée du rio. D’où venait-il ? De Barbastro, en camion, puis à pied ? Ou allait-il ? D’un geste, il désigna le Peñon de la Choca.
« J’ai un champ de pommes de terre au-dessus », expliqua-t-il.
« Et par où passez-vous ? » ai-je demandé.
« Par-là », a-t-il indiqué du geste, montrant toujours la falaise verticale du Peñon. « Il y a un passage ». Comme nous restions interloqués, voire dubitatifs, il crut bon, d’ajouter : « Je crierai à chaque passage ». Et il s’est éloigné. Nous l’avons vu se rechausser et attaquer l’ascension de la falaise. Au début, on devinait qu’il devait suivre une sente dans les éboulis, puis une corniche. Il trottait parmi ces difficultés. A chaque point stratégique, il poussait un hurlement pour indiquer l’emplacement de l’obstacle et la façon dont il fallait s’y prendre pour le surmonter. Les méandres de la garganta multipliaient les échos de ce cri comme pour accentuer la sauvagerie de la scène. Entre deux grottes, le funanbule embrassa la paroi et enjamba le vide. Le spectacle était si poignant que j’avais oublié de prendre ma caméra. Je me précipitais, la mis en batterie, visais la paroi et l’énergumène qui y circulait. A présent, il trottait sur une corniche en devers et disparut derrière un repli de la roche. Je le retrouvais plus loin, agrippé à un éperon. Il était un peu à quatre pattes. Il passa. Il hurla. Il disparut. Avais-je rêvé ? La brève séquence de mon film prouva que non. Etais-je en 1966 ou à l’époque de Neandertal ? Je ne saurais trop le dire. Et ce soir il lui faudrait redescendre encombré et alourdi par un sac de pommes de terre…

Nous revenons sur nos pas pour trouver le départ du sentier bien indiqué. Lorsque nous regardons la falaise, ce chemin (aujourd’hui réhabilité et équipé de mains courantes) est très difficile à distinguer. Il se déroule sur environ 300 mètres de dénivelé et passe par les grottes de Gallinero. La partie basse est (trop) bien aménagé; un véritable escalier.

Plus nous montons et plus la vue sur le Vero est belle. Nous ne tardons pas à arriver aux grottes de Gallinero, dont l’accès est aménagé et sécurisé, où se trouvent des peintures rupestres de style levantin.

L’art rupestre du Parc Culturel du Vero

Le Parc du Río Vero, avec plus de 60 grottes répertoriées, représente l’un des ensembles les plus singuliers d’art pariétal préhistorique d’Europe. L’art rupestre du Parc Culturel du Vero, a été déclaré par l’UNESCO, Patrimoine de l’ Humanité.
Aux grottes de Gallinero les nombreuses peintures font parties de l’art Levantin. Cet art naturaliste et narratif, réalisé dans des grottes ou des abris exposés à la lumière, s’ étend sur tout le bassin méditerranéen de la Péninsule Ibérique. Des représentations avec une forte présence humaine (scènes de chasse, danses, récoltes, combats … ) nous confirment la présence de civilisations allant du post-paléolithique jusqu’au Néolithique.

La suite est la partie la plus intéressante et la plus belle de l’itinéraire. La verticalité de ce chemin, des corniches exposées et aériennes, des passages sérieux non sécurisés (nécessitants de poser une corde d’assurance), réservent son parcours à des personnes habitués a progresser en montagne et a utiliser le matériel adéquat.

Les dernières difficultés passées, nous arrivons sur le haut du plateau sur le sentier joignant Lecina aux grottes de Barfaluy. Nous le suivons jusqu’au village, puis nous revenons au parking du Vero par l’ancien sentier du moulin. Merci Pierre pour cette superbe randonnée.

Informations pratiques

Situation: Espagne / Aragon / Sierra de Guara
Accès: Départ du parking du Rio Vero
Date: 13 avril 2019
Dénivelé: Environ 300 mètres
Itinéraire: Boucle
Horaire: 2 à 3 H
Carte: Sierra y cañones de Guara

Découvrir la région

Sierra de Guara
Parque natural de la Sierra
y cañones de Guara
1/50 000
Sierra
y cañones de Guara
1/40.000
30 itinéraires en Sierra de Guara
Parque Natural de la Sierra
y Los Cañones de Guara
22 itinéraires
(Espagnol)
Sierra de Guara

Notre coup de cœur hébergement

Le village de Castellazo, à 2 km d’Arcusa en Sierra de Guara, se trouve entre les deux cités médiévales d’ Ainsa  (au Nord) et d’Alquezar (au Sud), et à 15 minutes du départ du Rio Vero.

A la porte du Parc Naturel de la Sierra de Guara et ses canyons, l’hébergement gîte Meson de Castellazo jouit d’ un panorama exceptionnel et d’un emplacement privilégié.

Ancienne ferme typique du Sobrarbe, située à l’entrée du village, cet hébergement vous offrira le calme et le dépaysement dont vous avez besoin.

En route pour partager des moments de détente et de convivialité avec Marjorie, Pierre et toute l’équipe du gîte Meson de Castellazo.

3 Comments

  1. Léget Benoît
    Bonjour, effectivement, ce chemin et une petite merveille autant vertigineux que beau, ce parcours sur les flans du canyon fait découvrir des belvédères uniques sur le rio vero. Reste a chercher un peu le départ de cette vire dans le fond du canyon. j’y suis allé l’année dernière avec mon ami pierre qui cherche toujours à me faire découvrir les sentiers cachés de la sierra de Guara. Pierre de la meson de castellazo que je recommande vivement bien sur !! Du coup je me suis procuré aussitôt le livre « rio vero » de « Pierre Minvielle », qui retrace ces lieux secrets de la sierra de Guara, indispensable pour les passionnés du haut Aragon.
    1. Randos-Passion
      Effectivement, Pierre est incontestablement LE guide de cette partie de la Sierra puisqu’il connait ses moindres recoins et tous ses secrets.
  2. Pierre
    Superbes photos…..BRAVO. Au plaisir de partager une autre rando ensemble sous le soleil d’Aragon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *