Circuit des ibónes Pixón, Solana, Leners et Millares – Massif des Posets

0

La haute vallée de Viadós est dominée par le massif du Posets (3375 m), deuxième sommet des Pyrénées qui trône au milieu d’une région de haute montagne sauvage et peu fréquentée des Pyrénées Aragonaise. Les Aragonais le nomment Pico de Llardana, que l’on traduit par  « région brulée ». On y trouve cependant de superbes lacs. Ce circuit vous permettra d’en visiter quatre et de tutoyer cet immense massif en s’en approchant au plus près.

Randonnée dans le massif des Posets: les ibónes Pixón, Solana, Leners et Millares

Par cette superbe journée d’automne, du parking de la Pradera de Virgen Blanca, nous suivons d’abord le sentier balisé GR19 qui traverse un pont sur la Zinqueta de Añes Cruzes. Au bout de cinq minutes, le large chemin, passe à côté du refuge non gardé d’Es Plans.

Le sentier continue à descendre la vallée et peu de temps après avoir passé un portail en bois, nous arrivons au croisement de l’ibón de Pixón (panneau). Il faut maintenant quitter ce large chemin pour entamer une montée raide en forêt. Nous passons sous le Tozal de Castellazo (1732 m) puis nous arrivons dans une belle clairière, où en regardant en arrière nous pouvons contempler la Punta Suelza (2974 m) et la vallée de Chistau.

Nous continuons à découvert jusqu’à l’altitude de 1950 mètres environ, où nous allons attaquer l’un des plats de résistance de la journée. En rentrant dans la sapinière, nous nous trouvons face à un ressaut redressé (de 250 mètres de dénivelé !) où il est parfois nécessaire de poser les mains.

En 2 H 10, nous arrivons à l’ibón Pixón (2220 m). Le sentier balisé en vert clair et vert foncé, contourne le lac par le nord et continue à s’élever dans les pins.

La végétation se raréfie et nous progressons maintenant dans une zone de blocs. Le panorama se dévoile plus largement. Nous arrivons au deuxième lac de la journée, l’Ibón de la Solana (2413 m).  Sur certaines cartes il est également nommé ibón d’Es Luzeros. Au sud nous sommes dominés par les aiguilles del Sen, derrière lesquelles se trouve le très bel Ibón del Sen, où nous prévoyons d’aller demain.

Le sentier continu sa progression à travers les blocs de granite jusqu’à atteindre le point culminant du parcours, au sommet d’une petite colline de 2576 mètres entre le lac de la Solana et le lac de Leners.
De ce point, les pic d’Eristés (Picos de Bagüeñola pour les aragonais) sont proches.
Une courte descente nous dépose sur les berges de l’Ibón de Leners (Lenés) dans sa belle cuvette glaciaire à 2520 mètres. Il est souvent nommé à tort Ibón de Millares supérieur.

La crête du pic des Pavots ou Tuca Royo (3122 m) à la Diente Royo (3010 m)

La conquête des Posets

Moins haut que l’Aneto, moins célèbre que le Mont Perdu, le « vice-roi » des Pyrénées a longtemps été délaissé et mal aimé.
Même sa première ascension, réalisée à la sauvette par des pyrénéistes qui n’écrivaient pas, ne fut pas connue immédiatement.
C’est le 6 août 1856, que le britannique Halkett, guidé par les luchonais Pierre Redonnet et Pierre Barrau, atteignait le sommet de la punta de Lardana, ou pic des Posets.
Ils sont montés probablement par l’est et le lac de Baticielles, tout comme fera la caravane de la seconde ascension emmenée par une autre étoile filante du pyrénéisme, l’anglais Berhens.

La troisième ascension, en 1861, eut pour auteur Charles Packe qui avait décidé d’attaquer le pic par le nord, où il espérait trouver une voie plus directe que celle de ses deux prédécesseurs ; les circonstances firent qu’il se trouva malgré lui sur l’itinéraire de l’est et du plateau des lacs. La rimaye du glacier fut difficile à franchir et les trois grimpeurs, n’ayant pu choisir leur point d’attaque, furent dans l’obligation de gravir le mur terminal au plus mauvais endroit. Packe, fort surpris, ne trouva au sommet aucune trace de ses prédécesseurs.

C’est le 12 juillet 1863 qu’ Henry Russell prit contact pour la première fois avec le Posets ; ayant passé la nuit dans le val d’Estos, il monta avec un berger vers le lac de Bardamina d’où il put rejoindre le vallon de Paoul et inaugurer ce qui allait devenir pour longtemps la voie d’accès quasi obligée pour le sommet. Enthousiasmé par le panorama, « la vue la plus splendide des Pyrénées » dira t’il, il laissa son compagnon à la descente pour rejoindre Eristé au sud-est, où il arriva à la tombée de la nuit.
Russell devait revenir au Posets en 1875 : le 29 juillet, il pénétrait dans la vallée de Gistain par le port de Clarabide en compagnie du guide Firmin Barrau. Le lendemain, cherchant un chemin par l’ouest, ils montaient par le vallon du Clot, le glacier de Lardana, et la longue arête qui les mena au point culminant. C’est l’itinéraire qu’empruntent aujourd’hui les montagnards séjournant au refuge de Viados.

Nous passons proche des ruines de la cabane de Leners. Le sentier se rapproche encore de cette belle face du pic des Pavots (3122 m), qui d’ici parait inaccessible. L’endroit est magnifique et nous pouvons observer les formations géologiques incroyables du massif.

Le balisage nous emmène assez rapidement à l’ibón de Millares ou de Millas (2350 m) contenu par un petit barrage.  Il est dominé par la crête Pavots (3122 m) – Diente Royo (3010 m) et par le pic de la Forqueta (3007 m). Avec son voisin, l’ ibón de Leners, on parle souvent des lacs de Millares mais en réalité seul celui-ci porte ce nom.

Le sentier continue en descendant pour rejoindre le GR 11.2 reliant Viados au col d’Eristé ou de la Forqueta (2864 m). Ce col permet de rejoindre le refuge Angel Orus ou del Forcau, lieu de passage pour les randonneurs effectuant l’ascension du Posets par la Canal Fonda.

Le sentier descend maintenant le long de la rive droite du ravin de Ribereta.

Après la jonction avec le barranco de las Tuertas, il rentre dans la pinède. Nous passons devant une étonnante source d’eau ferrugineuse.

Une passerelle permet de franchir la Zinqueta de Añes Cruzes.

Nous trouvons le GR 11 qui monte au Port de Chistau (2577 m) et qui au-delà rejoint le refuge d’Estós.  En quelques minutes nous arrivons dans le site merveilleux des granges de Viadós (Biadós). Les vues sont superbes sur la haute vallée. Comme une tour de garde, la silhouette caractéristique des 2417 mètres de la Puntal de Barrau  (Es Lenerez) domine la vallée par laquelle nous sommes descendus.

Le refuge de Viadós est fermé; dans quelques jours les premières neiges vont le recouvrir.

La vue sur le massif des Posets depuis le refuge de Viadós est superbe !

Il ne reste plus qu’a descendre tranquillement au parking de la Pradera de Virgen Blanca. Une superbe journée !

Informations pratiques

Situation: Pyrénées / Aragon / Vallée de Chistau
Accès: Sur la route d’Ainsa, 6 km après Bielsa, à Salinas de Sin, bifurquer à gauche vers la vallée de Chistau. Traverser Plan et San Juan de Plan. Après San Juan de Plan remonter la piste en direction de la haute vallée de Chistau et du refuge de Viados. Se garer a coté du Camping El Forcallo à la Pradera de Virgen Blanca.
Altitude départ:  1560 m
Altitude maximale: 2570 m
Dénivelé cumulé: Environ 1200 mètres D+
Itinéraire:  Randonnée en boucle d’environ 16 km
Horaire: 5 à 6 H
Cartes: Alpina E-25 Posets – Perdiguero / Valles de Benasque Estos Y Chistau  & Carte Aneto-Posets au 1/50000

Découvrir la région

Aragon : Randonnées dans les
sierras et canyons
Ermitages et sanctuaires d’Aragon : Randonnées vers ses sentinelles sacrées
Haut-Aragon
Randonnées inédites dans le
Haut-Aragon
Guide de l’Aragon en 54
balades

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *