La Garganta del Cares

1

Cette gorge encore appelée Garganta Divina ou Senda del Cares a été naturellement creusée par le Rio Cares entre les villages de Caïn (Castilla y León) et de Poncebos (Asturies). Elle sépare le massif occidental du massif central des Picos de Europa. Le sentier, qui sinue pendant 12 kilomètres (aller) le long de la gorge de la rivière Cares est l’un des plus connus et des plus spectaculaires des pics d’Europe et figure dans les listes des plus beaux sentiers d’Espagne.

La Senda del Cares

Lors de la préparation de notre séjour dans les pics d’Europe, ce sentier s’est de suite avéré être un des incontournables du secteur ! Effectivement, c’est une randonnée époustouflante. Avant de s’y engager, il est primordial de prendre en compte sa longueur si vous désirez effectuer son parcours en aller-retour (22 km). Si la distance aller-retour vous paraît trop longue, vous avez la possibilité de prendre une navette à Poncebos qui vous mènera à Caïn, (ou inversement) pour effectuer seulement un aller de la Ruta del Cares. Infos navettes.

Nous arrivons à nous garer au terminus de la petite route d’accès. En été, un agent du Parc National assure les conditions de stationnement et suivant l’heure d’arrivée le stationnement se fera en contrebas. La vue est magnifique vers la vallée. Nous ignorons sur la gauche le sentier qui descend vers le Puente de la Jaya et qui mène au village de Bulnes par les gorges du Tejo. Au bout de la piste nous prenons un bon sentier empierré (panneau Senda del Cares – Caïn) qui s’élève doucement en lacets.

Au bout de quelques minutes, le sentier passe près de la vielle grange de Rexes ou des Abeyaros.

De l’autre côté du canyon, nous observons une grange qui semble posée au bord du vide. D’ici il est difficile de deviner le sentier qui y mène depuis le fond du canyon.

En environ 45 minutes nous arrivons à Los Collados (510 m) le point culminant de l’itinéraire où nous avons une très belle vue sur les gorges. Le sentier descend un peu puis serpente à flanc de montagne en effectuant de courtes montées et descentes.

Le sentier de la Garganta del Cares figure dans les listes des plus beaux sentiers d’Espagne.

Par endroits, le sentier en corniche domine le canyon de parfois plus de 100 mètres. Les vues sur les gorges du Rio Cares sont spectaculaires.

Le sentier du Cares

Le premier sentier du Cares a été creusé dans la roche entre 1915 et 1921, lors de la construction du canal destiné à l’alimentation en eau de la centrale hydroélectrique de Camarmeña-Poncebos. Plus de 500 ouvriers ont participé aux travaux (11 sont morts dans des accidents du travail, notamment des chutes dans le vide). Le travail de construction, a nécessité l’usage de dynamite et de cordes auxquelles se suspendaient les ouvriers.

Le sentier a été élargi entre 1945 et 1950, dans le but de faciliter l’accès et l’entretien du canal.

En 2011, un pan de falaise s’est effondré au niveau d’un tunnel du sentier, ce qui a entraîné la fermeture temporaire de celui-ci et la construction de la passerelle De Los Martinez au-dessus du vide pour franchir l’effondrement.

Le sentier passe au pied d’une magnifique arche: le Joracao.

Après 1 h 45 de marche, le sentier se rapproche du canal au lieu-dit Culiembro (420 m) où nous laissons partir à droite le GR-202 « Ruta de la Reconquista » qui permet de rejoindre les bergeries d’Oston et au-delà la zone des lacs de Covadonga.

 
 

 

 

Nous sommes à la moitié de l’itinéraire et à partir d’ici, nous commençons à croiser de nombreuses personnes qui effectuent la randonnée dans le sens inverse. Le sentier passe la passerelle de Los Martinez, construite suite à l’effondrement d’un tunnel, puis quitte la région des Asturies pour rentrer en Castilla y León.

Nous abordons maintenant la section la plus belle et spectaculaire de cette randonnée, où les murailles des gorges se resserrent encore.

La Ruta del Cares est un voyage fascinant, sur un sentier en corniche au-dessus du canyon.

Nous continuons à avancer pour traverser le Rio Cares par le pont de Bolín, à une hauteur impressionnante, pour rejoindre la rive droite. Puis quelques centaines de mètres plus loin, nous empruntons le pont de Los Rebecos (avec vue vertigineuse sur la rivière) pour revenir sur la rive gauche.

Sur la fin du parcours, le sentier s’engouffre dans un étroit tunnel percé d’ouvertures, puis débouche au barrage de Caïn.

Nous traversons une dernière fois sur la passerelle du barrage pour continuer le sentier sur la rive droite. La vallée s’élargit ensuite et le sentier repasse rive gauche au pont de Los Pinderos pour rejoindre le village de Caïn de Abajo (500 m).
Nous ne sommes qu’à la moitié de notre parcours; il nous reste encore à refaire le sentier en sens inverse pour retourner au point de départ !

Informations pratiques

Situation: Espagne / Asturies / Picos de Europa
Départ: Depuis Arenas de Cabrales, prendre sur Poncebos. Continuer après la centrale électrique pour suivre la petite route à droite. Se garer en fonction des possibilités. En été, un agent du Parc National assure les conditions de stationnement. Un service de cars relie, en été, Arenas de cabrales toutes les heures. Si la distance aller-retour (22 km) vous paraît trop longue, vous avez la possibilité de prendre une navette à Poncebos qui vous mènera à Caïn, (ou inversement) pour effectuer seulement un aller de la Ruta del Cares. Infos navettes.
Date: Le 17 mai 2022
Dénivelé cumulé: 350 mètres D+
Itinéraire: Aller-retour de 22 km
Horaire:  6 à 7 H
Difficulté:  Longue marche sur sentier très fréquenté. Prévoir de l’eau en quantité suffisante.
Carte: Alpina 25 – Picos de Europa – Parque Nacional (2 cartes)

Découvrir la région

Guide Vert Espagne Nord Ouest
Côte Atlantique
Picos de Europa
50 itinéraires
Picos de Europa
Les plus belles randonnées
Picos de Europa
Escaladas fáciles : Fuente Dé
PICOS DE EUROPA – PARQUE NACIONAL (2 CARTES)

Vous pourriez aimer aussi…

One Comment

  1. Philou47
    Salut
    Rando facile, un poil longue certes, potentiellement dangereuse (il y a eu un accident mortel c’est été) mais spectaculaire par les divers beaux points de vues. On imagine les difficultés pour réaliser un tel ouvrage, car à l’époque les moyens techniques étaient assez rudimentaires. A une semaine près, on aurait pu s’y rencontrer !
    Demain, si la météo le permet, nous allons faire ton topo : Le lac Bleu et le lac d’Ourrec.
    Sportivement
    Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.