Le Sphinx
Alpes,  Alpes Bernoises,  nouveautés

Jungfraujoch, Top of Europe

Le Jungfraujoch, à 3454 mètres d’altitude, offre un panorama à couper le souffle. D’un côté la vue s’étend vers le Nord jusqu’aux Vosges et de l’autre coule le glacier d’Aletsch, le plus grand des Alpes, bordé par neufs sommets de plus de 4000 mètres. Ce fantastique paysage de haute montagne est inscrit à l’Unesco. C’est un endroit à découvrir absolument.


Situation: Suisse / Alpes Bernoises
Point de Départ: Grindelwald
Date: 4 septembre 2018
 

Depuis ma jeunesse et mes lectures sur l’histoire de l’alpinisme, je voulais absolument aller voir plusieurs montagnes de plus prés (Le Pelvoux, La Meije, la Barre des Ecrins, le Cervin, les grandes Jorasses…) mais celle qui me fascinait le plus c’était surement l’Eiger. Je me souviens que j’avais enregistré en VHS, « La sanction » avec Clint Eastwood, que j’ai regardé à maintes reprises ! Et plus tard est sorti le film retraçant la tentative de 1936: Duel au sommet.
Nous sommes arrivés à Grindelwald hier et nous sommes installés pour quelques jours au camping Eigernordwand.

Au lever du jour, le camping Eigernordwand et la face Nord de l'Eiger
 
Le but de la journée étant de se rapprocher au plus prés de la fameuse face Nord de l’Eiger, nous choisissons donc de faire l’Eiger Trail. Et pour compléter au mieux la journée, malgré son prix particulièrement onéreux, nous décidons de d’abord monter au Jungfraujoch-Top of Europe. On y accède avec un train à crémaillère qui nous emmène à la gare de chemin de fer la plus haute d’Europe à 3454 mètres d’altitude.
Afin de bénéficier d’une réduction, nous prenons le premier train du matin; le Good Moming Ticket nous fait bénéficier d’une réduction de -25 %. La journée s’annonce magnifique.
A la station de Kleine Scheidegg (2061 m) , changement de train pour Jungfraujoch. La vue sur le célèbre trio Eiger-Mönch-Jungfrau est saisissante.
Passé la station de Eigergletscher (alt. 2 320 m), le train pénètre ensuite dans la paroi de l’Eiger pour 7 kilomètres de tunnel. Le train s’arrête ensuite une dernière fois à la station souterraine de Eismeer (3160 m) puis on atteint le Jungfraujoch, à 3454 mètres d’altitude.

LA PLUS HAUTE GARE FERROVIAIRE D’EUROPE

C’est en 1893 qu’Adolf Guyer-Zeller, membre du Club alpin et industriel, eut l’idée de ce « métro d’altitude » : prolongeant le chemin de fer de la Wengernalp, un tunnel pénétrerait dans l’Eiger puis grimperait à travers le Mönch jusqu’au cœur de la Jungfrau. De là, un ascenseur mènerait les touristes sur la cime…
Le chantier dura seize ans tant les conditions étaient difficiles, le vent et la neige, les avalanches et le brouillard compliquant l’assaut mené contre le rocher par des équipes de « taupes » travaillant en trois-huit, à coups de foreuses. L’été, les alpages situés entre le col de la Kleine Scheidegg et le glacier de l’Eiger étaient investis par des centaines d’ouvriers, avec carrioles et mulets. Les provisions y étaient acheminées et stockées pour l’hiver…
Adolf Guyer-Zeller avait tout imaginé, jusqu’aux baies panoramiques creusées dans le roc pour la vision des touristes. La ligne fut inaugurée le 1er août 1912, jour de la Fête nationale… dans un brouillard compact.

 

Un long tunnel nous emmène d’abord au Jungfrau Panorama, pour une projection de 4 minutes d’un film en 360°.

 

Un passage éclair à l’Alpine Sensation !

Alpine sensation à Jungfraujoch
 
Nous arrivons ensuite à Eispalast (Palais des glaces). De merveilleuses sculptures de glaces cristallines jalonnent le circuit à travers le tunnel artificiel creusé dans le glacier d’Aletsch, jusqu’à 8 m de profondeur.

Eispalast

 

Enfin nous sortons sur le Glacier d’Aletsch (Aletschgletscher). Le plus grand glacier des Alpes, qui coule sur 22 km comme un grand fleuve, est devant nous. Son front glaciaire se trouve 2500 mètres plus bas. Neuf sommets qui l’entourent culminent à plus de 4000 mètres d’altitude.
Un panorama unique se dévoile sur la haute montagne et ses glaciers. Ce site, qui englobe les célèbres cimes du Mönch, de l’Eiger et de la Jungfrau ainsi que le glacier d’Aletsch, est classé depuis 2001 par l’Unesco. C’est la première région naturelle de Suisse, à cheval entre les cantons de Berne et du Valais, inscrite au Patrimoine Mondial.

Le glacier d'Aletsch
 

Il fait très beau et bien trop doux pour cette altitude ! Le thermomètre montera jusqu’à 14 ° !  Nous suivons la trace bien balisé (et les colonies nippones !) pendant une petite heure de montée jusqu’au refuge du Mönch (Mönchsjochhütte), le refuge gardé le plus haut de Suisse à 3650 mètres. Le cadre est époustouflant.

Le Mönch

 

Avant de redescendre, nous passons par le petit col au pied du Trugberg et du glacier Emigschneefald, pour une autre séance photos !

Le Trugberg (3933 m)

Le glacier de Emigschneefal

 

Nous faisons maintenant demi tour pour retourner à la station car nous ne voulons pas descendre trop tard pour faire l’Eiger Trail cet après-midi.

 

Avant de partir nous montons à la terrasse panoramique du Sphinx. Il nous manque cette dernière « attraction » à voir.  Les 108 mètres de dénivelée sont avalés en 25 secondes, avec une vitesse maximum de 6,3 m/s à mi-parcours, grâce à l’ascenseur le plus rapide de Suisse. Le Sphinx abrite un laboratoire de recherche et une coupole astronomique : en effet, la propreté de l’air et la facilité d’accès par le train offrent un contexte exceptionnel pour réaliser des analyses scientifiques.
La vue est magnifique. Nous sommes encadré par le Mönch (4099 m) et la Jungfrau (4158 m). Le Glacier d’Aletsch coule face à nous.

Le glacier d'Aletsch vu depuis la terrasse du Sphinx

 

Au nord, le glacier Guggigletscher, très pentu, dévale vers le col de Kleine Scheidegg (2061 m) qui relie les vallées de Lauterbrunnen et de Grindelwald. Dans le lointain nous apercevons le Faulhorn où nous voulons aller demain, Interlaken et au-delà les crêtes du Jura, des Vosges et de la Forêt-Noire. 

Le glacier Guggigletscher


Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *