Niché au fond d’un cirque granitique de toute beauté, en limite nord de la vallée de Chistau, l’ibón del Sen (2360 m) est un lac dans un désert de pierres dominé par des parois verticales. À l’écart des itinéraires classiques, l’ibón del Sen mérite une visite.

L’ibón del Sen: un lac dans un chaos de granite

Hier nous avons effectué un magnifique circuit dans la haute vallée de Chistau à la découverte des ibónes Pixón, Solana, Leners et Millares. Aujourd’hui, l’objectif est l’Ibón del Sen, toujours dans le même massif.

Du parking (1200 m), nous commençons à marcher le long de la courte piste qui descend au  Puente de los Pecadores qui enjambe la rivière Zinqueta. La randonnée commence sur un chemin pavé, balisé PR HU-115.

Le sentier monte à travers une belle forêt mixte où nous trouvons chênes, trembles, merisiers, peupliers, érables… dont les magnifiques couleurs d’automne zèbrent le ciel de flammes ocre et jaunes, contrastant avec le vert des prairies. Nous arrivons sur une zone de terrasses cultivé et occupé par de nombreuses granges d’altitude, avec en toile le fond le massif du Cotiella. Les vues sont à couper le souffle: c’est magnifique !

Vue sur le massif du Cotiella

Peu à peu le paysage cultivé de moyenne montagne cède la place aux hautes prairies. Nous passons devant les vestiges des anciennes mines de cobalt, puis quelques minutes après nous traverserons le ravin de Sen sur un petit pont en bois.

Le sentier trace de confortables lacets qui permettent de surmonter la pente raide qui se présente devant nous. D’ici, nous apercevons la cuvette glaciaire de l’ibón del Sen et les crêtes qui la surplombent.

Vers 2300 mètres d’altitude, le sentier débouche sur un premier petit étang. Les berges sont parsemées de vestiges de bâtiments ruinés, témoins d’une activité minière ancienne : l’exploitation du cobalt. Ces mines ont été exploitées, aux XVIIIe et XIXe siècles. Nous contournons par la droite ce petit lac pour remonter vers l’Ibón del Sen.

Un énorme chaos granitique borde les rives du plan d’eau. Là, surprise, on découvre un large couloir entre les gros blocs qui part sur la gauche.

Enfin, nous arrivons au lac dont les eaux renvoient, tel un immense miroir, les crêtes hérissées des Aiguilles Del Sen (2712 et 2784 m), de la Pica Sierra (2884 m) et du pic de Barbarisa (2707 m). Le lac est très grand et le cirque où il se trouve est spectaculaire.

Nous montons sur le petit mamelon côté 2421 mètres pour avoir une vue surplombante. Le lieu est propice pour un pique-nique contemplatif.

Nous entamons la descente à l’ouest de ce petit promontoire, en visant un petit laquet, puis en allant visiter les vestiges miniers. La descente se fait par le même chemin et permet de profiter de la vue, immense, sur le massif du Cotiella.

Informations pratiques

Situation: Pyrénées / Aragon / Vallée de Chistau
Accès: Sur la route d’Ainsa, 6 km après Bielsa, à Salinas de Sin, bifurquer à gauche vers la vallée de Chistau. Traverser Plan et San Juan de Plan. Deux kilomètres après, avant le croisement de la piste qui monte vers les Bordes et le refuge de Viados, se garer au petit parking del Puente de Pecadores.
Altitude départ:  1200 m
Altitude maximale: 2360 m
Dénivelé cumulé: Environ 1100 mètres D+
Itinéraire:  Randonnée en aller-retour d’environ 14 km
Horaire: 5 à 6 H
Cartes: Alpina E-25 Posets – Perdiguero / Valles de Benasque Estos Y Chistau 
& Carte Aneto-Posets au 1/50000

Découvrir la région

Aragon : Randonnées dans les
sierras et canyons
Ermitages et sanctuaires d’Aragon : Randonnées vers ses sentinelles sacrées
Haut-Aragon
Randonnées inédites dans le
Haut-Aragon
Guide de l’Aragon en 54
balades

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *