De Pasaia à San Sebastián par le sentier du littoral

0

Des aplombs du phare de la Plata aux falaises d’Ulia, les paysages sont sublimes et variés, sur cette randonnée allant de Pasaia à San Sebastián. L’arrivée surplombante sur Donostia est un des moments fort de la balade… avec bien sûr les tapas et pintxos dans la vielle ville !

Une magnifique randonnée entre montagnes et océan…

Pour nous éviter de prendre la voiture, nous partons de la gare d’Hendaye où nous prenons le Topo jusqu’à la gare de Pasaia.
À la sortie de la gare, nous longeons sur notre gauche la nationale vers le port. Cette portion en ville n’est pas la plus agréable, mais le meilleur reste à venir ! Une fois au port, nous longeons le quai en direction de l’océan. Au quartier San Pedro, nous passons devant la Faktoría Albaola, où une reproduction du galion baleinier San Juan, du XVIe siècle, est en cours de réalisation. Face à nous, de l’autre côté de la rade, se trouve Pasai Donibane (San Juan), le quartier le plus pittoresque de Pasaia, avec ses maisons colorées et son petit port de pêche.

Pasaia

Pasaia (en espagnol « Pasajes », le Passage en français) est le port industriel de Saint-Sébastien. La rade de Pasaia est considérée comme la plus sûre de la côte basque espagnole. En effet, située entre les montagnes Ulia et Jaizkibel et ne communiquant avec l’océan que par un étroit goulet qui ne dépasse pas les 200 mètres, elle est protégée des coups de mer. À l’intérieur des terres, elle s’étend en un large bassin où le port de Pasaia Antxo (la Ria de Pasaia) s’est développé. C’est le deuxième port du Pays Basque derrière Bilbao.

Les villages de San Pedro et Donibane, situés sur les rives opposées à l’entrée de la baie étaient à l’origine de simples villages de pêcheurs.

Victor Hugo arriva par hasard dans ce lieu durant l’été 1843. Fasciné par la beauté des lieux et l’attrait de sa nature et de son peuple, il décida d’y passer quelques jours. Voici ses mots en arrivant à San Pedro: « Un rideau de hautes montagnes vertes découpant leurs sommets sur un ciel éclatant ; au pied de ces montagnes, une rangée de maisons étroitement juxtaposées ; toutes ces maisons peintes en blanc, en safran, en vert, avec deux ou trois étages de grands balcons, mille choses flottantes, des linges à sécher, des filets, des guenilles rouges, jaunes, bleues ; au pied de ces maisons, la mer. […] Aucune grâce ne manque à cette baie; quand je regarde l’horizon qui l’enferme, c’est un lac ; quand je regarde la marée qui monte, c’est la mer. »

La maison dans laquelle il fut hébergé est aujourd’hui devenue un musée. Victor Hugo décrivait ainsi cette demeure : « La maison que j’habite est à la fois une des plus solennelles qui regardent la rue, et une des plus gaies qui regardent le golfe. Au-dessus du toit, je vois dans les rochers des escaliers qui grimpent à travers des touffes de verdure jusqu’à la vieille église blanche. »

Au fond à gauche ! Des escaliers raides nous amènent en haut des falaises d’où nous avons un joli point de vue sur la baie de Pasaia et dans le fond sur le Jaizkibel.

Nous rejoignons une petite route que nous suivons vers la droite. Nous apercevons le majestueux phare de la Plata situé sur une impressionnante falaise, à 163 mètres au-dessus du niveau de l’océan. Le phare tient son nom, de la couleur argentée que prennent ses grandes pierres lorsqu’elles sont frappées par les vagues. À l’intersection suivante nous prenons le GR121 à gauche.

Notre parcours continu à mi-hauteur et avance par un chemin de plus en plus boisé. Sur notre passage, nous pouvons observer les vestiges d’un aqueduc du XIXe siècle, construit pour transporter l’eau des ruisseaux et des sources d’Ulia vers la ville. La vue sur l’océan est superbe.

Nous suivons le chemin majoritairement à travers les forêts de pins, tout le long de la falaise. Presque à chaque virage, nous découvrons de magnifiques criques.

La dernière montée avant San Sebastián (Donostia en Basque), est derrière nous lorsque nous arrivons à un petit col marqué par une rampe bétonnée. Nous progressons maintenant en descente vers la plage de Zurriola désormais toute proche. La vue est magnifique.

San Sebastián (Donostia en basque) est la capitale du Gipuzkoa (une des trois provinces du Pays basque). Située à l’embouchure de la rivière Urumea,  baignée par les eaux de la mer Cantabrique,  elle doit une grande partie de sa célébrité à la superbe baie de la Concha. Les deux sommets qui l’encadrent, les monts Igeldo et Urgull, sont de formidables belvédères sur la ville et l’océan.

Il fait bon flâner dans les ruelles du centre historique. La ville compte de nombreux monuments: cathédrale du Bon Pasteur, basilique Sainte-Marie du Chœur, palais de Miramar, pont María Cristina, arènes d’Atocha, place de la Constitution… Le palais Kursaal, édifié en 1998, est caractéristique de l’architecture contemporaine.

Nous suivons la plage jusqu’au pont de Zurriola que nous franchissons.

Avant d’aller manger, nous allons monter au Mont Urgull (125 m). Après, ce serait trop dur !
Plusieurs sentiers se présentent à nous; ils vont tous au sommet. Depuis les fortifications du château, la vue sur La Concha, la vieille ville, l’île de Santa Clara, le Mont Igueldo est incomparable.

Le Mont Urgull

L’Urgull domine la vieille ville de Saint-Sébastien. Cette véritable tour de guet sur la mer et sur la ville, est traversée de divers sentiers. De son sommet, la vue sur la ville est exceptionnelle. On découvre la Concha, la vieille ville, l’île de Santa Clara, le Mont Igueldo… sous des angles différents.

Au sommet, derrière des remparts, se trouve le château de la Mota. L’emplacement stratégique du Mont Urgull, lui a valu de devenir une place forte militaire au XIIe siècle et ses remparts ont connu plusieurs sièges au fil des siècles. Il possède trois chapelles. L’une d’elles est consacrée au Christ de la Mota et sert de piédestal à son impressionnante statue, de 12,5 mètres de hauteur. Le château de la Mota abrite aujourd’hui un centre d’accueil et différentes expositions.

Nous redescendons à la vieille ville, dans laquelle nous flânons un peu.

 

 
 

 

 

Arrêt obligatoire quand on vient à San Sebastián dans un des nombreux bars à tapas et pintxos…

Nous ne pouvons pas partir sans passer à la plage de la Concha !

C’est par où la gare ?
Tout droit !

Nous reprenons le Topo qui nous ramène à Hendaye. Une superbe journée !

Informations pratiques

Situation: Espagne / Pays-Basque / Gipuzkoa
Accès: Départ gare d’Hendaye avec le Topo. Voir les horaires
Date: 10 octobre 2016
Dénivelé: Environ 650 mètres
Itinéraire:  Randonnée d’environ 18 km
Horaire: 4 à 5 H

Découvrir la région

Pays-Basque Espagnol
Guide Vert
Espagne Nord-Ouest
Guide du Routard
Espagne du Nord-Ouest
Guide Vert
Pays Basque et Navarre
Guide Vert Week End
Bilbao & San-Sebastian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *